Svetlana Gannushkina a reçu le prix du nom d’«Anna Politkovskaya»

Le prix a été remis par l’organisation internationale des droits de l’Homme, RAW in WAR (Reach All Women in WAR, «Aider chaque femme dans le feu de la guerre»). Les lauréats de l’année 2022 ont été la présidente du comité «Participation Civile», Svetlana Gannushkina et une sage-femme ukrainienne, Tatiana Sokolova pour « le courage dont elle a fait preuve lors de la lutte contre l’injustice, la violence et les crimes de guerre dans le contexte des actes militaires en Ukraine».

«Recevoir le prix du nom d’une personne très chère pour moi, Anna Politkovskaya est, à l’heure actuelle, un grand et sans doute, non mérité honneur.

On s’est rencontrés avec Anna en août 1996, lors de la première guerre en Tchétchénie, une rencontre en lien avec la guerre. Toutes nos discussions, d’une manière ou d’une autre, tournaient autour de la guerre. Ses premiers articles sur la Tchétchénie venaient de notre documentation et des discussions avec les réfugiés que l’on a eus au sein du comité «Participation Civile». Comme ses notes sur la femme à la guerre, «La guerre d’autrui» ou « La vie derrière la Barrière », qu’Anna m’a transmise et que nous avons publiées dans le cadre du programme « Mémorial ».

Et notre voyage à la fin du mois de décembre, en 2002, dans des camps de réfugiés en Ingouchie et en Tchétchénie, car les habitations des tchétchènes n’avaient pas encore été restaurés pour leur retour chez eux. On essayait d’empêcher cette urgente délocalisation hivernale des peuples. Le bâtiment du gouvernement de la république de Tchétchénie a explosé 15 minutes après que nous l’ayons quitté. Et en août 2006 est sorti le dernier article d’Anna prenant appui sur ma documentation: «Les gars recrutés en mer». Il parlait d’une horrible provocation à Khassaviourt, où 20 jeunes hommes ont été invités à partir à la mer et à « discuter du destin de la Tchétchénie », puis ont été déguisés en militaire et fusillés. Parmi eux, quatre sont restés en vie et tous ces jeunes hommes ont été dénoncés en tant que militaires. L’article d’Anna a permis en quelque sorte à protéger les familles, de ces jeunes hommes vivants ou morts, de la persécution.

Et aujourd’hui à nouveau, la guerre nous relie avec Anna Politkovskaya, encore plus cruelle et absurde, que celle de la Tchétchénie. Comment puis-je me tenir à côté de Tatiana Sokolova, un témoin courageux de ce qui se passe à l’heure actuelle en Ukraine?».

Svetlana Gannushkina aide les migrants et les réfugiés en Russie depuis plus de 30 ans. Svetlana Gannushkina est la présidente du comité « Participation Civile », qui en 2015 a été inscrit au registre des « organismes exerçant les fonctions d’agents étrangers ». La défenderesse des droits de l’Homme a aussi dirigé le programme d’aide juridique « Migration et Droit » dans le centre de défense des droits de l’Homme, «Mémorial» (inscrit au registre des « agents étrangers » en 2016 et liquidé en 2022). En 2022, une vérification du procureur a eu lieu au sein de l’organisation « Participation Civile », en plus d’une perquisition par les agents du FSB. En son 80ème anniversaire en mars de cette année, Svetlana Gannushkina a été arrêté au centre de Moscou et condamné à une amende pour «violation de la procédure en vigueur à l’égard de la tenue des rassemblements».

Tatiana Sokolova est la sage-femme de la maternité n°2 à Mariupol. Elle est resté dans la ville jusqu’à la fin du mois d’avril et pratiquait des accouchements dans un sous-sol sous les bombardements.

«J’ai une grande envie de confier au monde entier, comment dans un sous-sol d’une maternité détruite, dans la ville de Marioupol, sous les bombardements, les frappes d’artilleries, les frappes aériennes, les frappes de lances-roquettes, grâce au courage et à la résistance de leurs mères, sont venus au monde 27 nouveaux-nés. Je veux parler de notre petite équipe médicale féminine de 4 personnes, qui restant fidèles à eux-mêmes en restant là-bas, dans un sous-sol, aidaient les femmes s’apprêtant à accoucher. Pour que le bien triomphe sur le mal, pour que parmi la mort et la destruction, une nouvelle vie apparaisse.»

Photo: Alica Reichten
Source: Svetlana Gannushkina

Lire la suite
×